Connexion

Accéder au réseau social

jardi.fr



Mot de passe oublié ?                Première inscription
Fermer






Pour pouvoir laisser un commentaire,
il faut être connecté

Connexion

Des haies bien vivantes

Pour toujours plus de biodiversité


© Christophe Fouquin - Fotolia.com



26/07/2013

Autrefois, quand ils défrichaient des bois pour gagner des terres de culture ou d'élevage, les paysans conservaient, tout autour du champ obtenu, une bande de végétation formée des différentes espèces qui composaient auparavant la forêt. Ce faisant, ils délimitaient non seulement leur propriété, mais se ménageaient en plus une source de matériaux et de nourriture : bois de chauffage, bois d’œuvre (pour les manches d'outils ou la vannerie) gibier et autres petits fruits. Sans le savoir, ils protégeaient aussi leurs cultures, en augmentaient le rendement et entretenaient la biodiversité.

 

Une disparition problématique

 

Sans le savoir, car la grande utilité de ces haies champêtres dans la nature n'a été mise en évidence que bien plus tard... après l'arrachage de milliers de km (plus de 200 000 en France sur les 2 millions de km linéaire que comptait le territoire) de ces-dernières pour le remembrement. Aggravation des conséquences des inondations, baisse de rendements des cultures balayées par le vent, augmentation des maladies et des attaques de ravageurs : le rassemblement des parcelles a eu nombre de conséquences néfastes que n'avaient pas imaginé à l'époque les acteurs de l'aménagement du territoire.

 

Parallèlement, autour des jardins de particuliers, les haies diversifiées ont progressivement laissé place à des clôtures en dur ou aux murs de « béton vert » que constituent les haies monotones de thuyas, de buis, ou de lauriers... Un peu plus faciles d'entretien, sans doute, mais véritables autoroutes à maladies. Car quand un sujet d'une haie mono-spécifique est atteint, c'est souvent l'alignement entier qui finit par être touché, pour le plus grand malheur du jardinier obligé de tout replanter !

 

Une niche de diversité

 

La clé d'une bonne haie est donc d'abord là : la diversité. Plus on y mélange les espèces, caduques et persistantes, à fleurs et à baies, plus ou moins hautes et plus ou moins denses ; et plus on fait de ce morceau de forêt un véritable petit écosystème régulé, avec ses oiseaux, ses insectes et ses petits animaux. Des habitants qui seront autant d'auxiliaires pour le jardinier, en se régulant les uns et les autres et en diminuant ainsi nettement la population des ravageurs au jardin.

 

Et puis, la diversité, c'est aussi la beauté ! Aux couleurs des fleurs de printemps et d'été succèdent celles des baies et petits fruits en fin de saison. Au vert soutenu des persistants répondent les jaunes et les rouges des feuilles caduques. Et au feuillage léger et aérien d'un saule cendré répond l'aspect dense et sauvage d'une aubépine.





Commentaires:

Qui sommes nous ?       Mentions légales       Conditions d'utilisation       Liste complète des plantes de Jardi.fr