Connexion

Accéder au réseau social

jardi.fr



Mot de passe oublié ?                Première inscription
Fermer






Pour pouvoir laisser un commentaire,
il faut être connecté

Connexion

La bactérie du bonheur

Mycobacterium vaccae


© DLeonis - Fotolia.com



26/07/2013

Nombre de ceux qui cultivent leur petit carré de terre le disent : le jardinage rend heureux. Même s'il fatigue, physiquement, il tend à libérer l'esprit de ses petites contrariétés, à créer chez le jardinier un sentiment d'apaisement, de bien-être, de sérénité. Bien sûr, les plantes et le grand air y sont pour beaucoup : la beauté et le parfum de leurs fleurs, la fierté du jardinier qui arrive à les faire pousser et à « dessiner » son jardin, etc. Mais les scientifiques ont aussi découvert que quelque chose, dans la terre, expliquait ce phénomène de béatitude jardinière. Quelque chose de tout petit et d’a priori insignifiant, voire, pour certains, quelque chose qui serait habituellement inquiétant. Une bactérie. Un bacille de la même famille que le responsable de la tuberculose, mais inoffensif pour l'homme. Mycobacterium vaccae.

 

L'histoire de cette bactérie commence dans les laboratoires d'une oncologue anglaise, Mary O'Brien, qui cherchait à savoir dans quelle mesure cette cousine des vecteurs de la tuberculose pouvait stimuler le système immunitaire de patients atteints d'un cancer du poumon. Elle l’inocula donc à des patients, et les résultats furent spectaculaires : en plus de voir les symptômes du cancer régresser, notre chercheuse remarqua que ses patients avaient meilleur moral et que leurs capacités cognitives augmentaient. Un vrai miracle. Intrigué par ces résultats, un autre chercheur, le Dr Lowry, fit d'autres expériences et découvrit la raison de cette hausse de moral : mycobacterium vaccae augmente le taux de sérotonine dans le cerveau. Or la sérotonine se révèle être, en quelque sorte, l'hormone du bonheur : elle contre les effets de la dépression, diminue le stress, facilite le sommeil et modère l'appétit... le tout en augmentant les capacités cognitives !

 

En mettant les mains dans la terre, les jardiniers entrent donc en contact avec mycobacterium vaccae... et augmentent par conséquent leur sécrétion de sérotonine. Ou comment le jardinage se révèle être, en plus d'une activité réjouissante, une véritable cure anti-dépressive, par de simples contacts répétés avec la terre nourricière. A une condition, évidemment : celle de ne pas répandre n'importe quel produit sur le sol, au risque de détruire notre fameux bacille miracle, et d'en perdre tous les bénéfices. Un argument supplémentaire, s'il en fallait, pour des pratiques respectueuses de l'environnement.





Commentaires:
De :SYLVIE (62-COLLINE BEAUMONT ) -le 21/12/2013.-
Bacilles ou pas!? je confirme: "y a d'la joie!" dans le jardin!

Qui sommes nous ?       Mentions légales       Conditions d'utilisation       Liste complète des plantes de Jardi.fr